People
Musique
Sport
Cinema
Science
Histoire
Politique
Justice
Religion
Télévision
Littérature
Mode
Logo de Monsieur Biographie
Le moteur de recherche en biographie
Cherchez la biographie d'une célébrité
OK
Chaque jour un anniversaire !
GORBATCHEV Mikhaïl

Biographie de
Mikhaïl GORBATCHEV

Nom : GORBATCHEV
Prénom : Mikhaïl
Age : -- (✝)
Sexe : Homme
Nationalité : Russe homme
Thème :
Naissance : --
Mort : --
Statut : Homme mort
Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev, ou phonétiquement Gorbatchiov (russe : Михаил Сергеевич Горбачёв, [ ? écouter la prononciation Fiche]) est un homme politique soviétique et russe, né le 2 mars 1931. Il dirigea l'URSS entre 1985 et 1991.

Né de parents kolkhoziens (Sergeï Andreïevitch Gorbatchev (1909 - 1976) et Maria Panteleïevna née Gopkalo (1911 - 1993), il est originaire du Caucase du nord (il est né dans le Krai de Stavropol) et étudia le droit à l'Université Lomonossov de Moscou où il rencontra sa future femme Raïssa. Il adhère au Parti Communiste en 1952 et en devient le dirigeant pour la ville de Stavropol en 1962. Entre 1964 et 1967, il étudie à l'Institut Agronome de Stavropol et se spécialise dans les problèmes agricoles. Il est remarqué par Iouri Andropov qui passe ses vacances dans la région ; dès lors, sa carrière s'accélère : il est élu au Comité Central en 1971 à 40 ans et au Politburo en 1980 à 49 ans.

À la fin des années 70, le KGB dirigé par Iouri Andropov, diligenta une enquête confidentielle pour évaluer le PNB soviétique selon les critères qualitatifs occidentaux et non plus seulement en volume comme le voulait la tradition socialiste. Le résultat fut très défavorable et apportait la preuve du déclin de l’Union Soviétique qui avait vu son économie dépassée par celles du Japon et de la R.F.A, anciens ennemis de l’URSS. D’autre part, à partir de 1978, la Chine dirigée par Deng Xiaoping, entreprit une véritable révolution économique qui rétablissait en fait le capitalisme et insufflait ainsi un dynamisme considérable à l’économie chinoise.

L’URSS était ainsi confrontée à une situation géopolitique nouvelle, plus grave que dans les années 30 :

le Japon et la RFA disposaient désormais chacun d’une économie plus puissante que la sienne ;
la Chine commençait une croissance économique exceptionnelle ;
les États-Unis, toujours aussi hostiles, accroissaient l’écart entre les deux pays.
Or, tous ces pays étaient plus ou moins limitrophes de l’URSS et entretenaient un contentieux territorial sérieux avec elle (sauf les États-Unis)

Consciente du danger, la direction vieillissante du PCUS porte au pouvoir le représentant d’une nouvelle génération -Gorbatchev a 54 ans- mais aussi un pur produit du régime, né bien après 1917.

Arrivé au poste de Secrétaire Général du Parti Communiste de l’Union des républiques socialistes soviétiques en mars 1985, Gorbatchev tente d’insufler une nouvelle jeunesse à l’économie de l’URSS. Le nouveau Secrétaire Général s’efforcera de sauver le système par des réformes de structures très profondes par rapport aux principes léninistes classiques.

Gorbatchev tire son inspiration d'Alexander Nikolaevich Iakovlev, ancien ambassadeur au Canada, qui lui fit prendre conscience de la faillite du système soviétique dans le domaine agricole puis, de façon plus générale, dans sa stratégie de confrontation avec l'Occident. Celui-ci devint peu à peu son éminence grise et lui inspirera successivement la glasnost puis la pérestroïka et enfin, la réunification allemande.

Sa seconde NEP échoue, bloquée par l'appareil du parti. Gorbatchev met alors en place une politique de la glasnost et de perestroïka à partir de 1985 pour renouveler l’appareil du parti et le pays.


Mikhaïl Gorbatchev et ronald reagan en 1987.Se piquant d'ouvrir le dialogue avec ronald reagan, il propose officiellement que dans un message de nouvel an le président américain adresse un court message télévisé à toute l'URSS tandis que le président de l'URSS fera de même sur une chaîne de télévision américaine. Le projet séduit ; chacun des deux présidents se montre très modéré dans son message ; la gorbymania commence à toucher les États-Unis. Un sondage révèlera même, à une époque, Gorbatchev plus populaire aux États-Unis que Reagan lui-même. Le magazine Time lui décerne le titre d'Homme de l’année en 1987 puis d'Homme de la Décennie, en 1989 après la Chute du Mur de Berlin.


En février 1988, il décida de retirer les troupes soviétiques d'Afghanistan. La décision devint effective un an plus tard.

En 1989, en visite officielle en Chine pendant les manifestations de la place Tiananmen (avant leur répression), on sollicite son opinion sur la muraille de Chine : « Très bel ouvrage », dit-il, « mais il y a déjà trop de murs entre les hommes ». Un journaliste lui demande : « Voudriez-vous qu'on élimine celui de Berlin » ? Gorbatchev répond très sérieusement « Pourquoi pas ? ». À propos des manifestants démocrates qui troublent son séjour, il déclare : «L'URSS a également ses têtes brûlées qui veulent changer le socialisme du jour au lendemain.»

En 1990, il reçoit le Prix Nobel de la paix pour sa contribution à la fin de la guerre froide. Pourtant, le 1er mai de la même année, il est hué par certains de ses concitoyens. En effet il est très impopulaire aux yeux des fidèles du communisme qui le considèrent comme le fossoyeur du régime soviétique.

Consciente du danger, la direction vieillissante du PCUS porte au pouvoir le représentant d’une nouvelle génération -Gorbatchev a 54 ans- mais aussi un pur produit du régime, né bien après 1917.

Arrivé au poste de Secrétaire Général du Parti Communiste de l’Union des républiques socialistes soviétiques en mars 1985, Gorbatchev tente d’insufler une nouvelle jeunesse à l’économie de l’URSS. Le nouveau Secrétaire Général s’efforcera de sauver le système par des réformes de structures très profondes par rapport aux principes léninistes classiques.

Gorbatchev tire son inspiration d'Alexander Nikolaevich Iakovlev, ancien ambassadeur au Canada, qui lui fit prendre conscience de la faillite du système soviétique dans le domaine agricole puis, de façon plus générale, dans sa stratégie de confrontation avec l'Occident. Celui-ci devint peu à peu son éminence grise et lui inspirera successivement la glasnost puis la pérestroïka et enfin, la réunification allemande.

Sa seconde NEP échoue, bloquée par l'appareil du parti. Gorbatchev met alors en place une politique de la glasnost et de perestroïka à partir de 1985 pour renouveler l’appareil du parti et le pays.


Mikhaïl Gorbatchev et ronald reagan en 1987.Se piquant d'ouvrir le dialogue avec ronald reagan, il propose officiellement que dans un message de nouvel an le président américain adresse un court message télévisé à toute l'URSS tandis que le président de l'URSS fera de même sur une chaîne de télévision américaine. Le projet séduit ; chacun des deux présidents se montre très modéré dans son message ; la gorbymania commence à toucher les États-Unis. Un sondage révèlera même, à une époque, Gorbatchev plus populaire aux États-Unis que Reagan lui-même. Le magazine Time lui décerne le titre d'Homme de l’année en 1987 puis d'Homme de la Décennie, en 1989 après la Chute du Mur de Berlin.


En février 1988, il décida de retirer les troupes soviétiques d'Afghanistan. La décision devint effective un an plus tard.

En 1989, en visite officielle en Chine pendant les manifestations de la place Tiananmen (avant leur répression), on sollicite son opinion sur la muraille de Chine : « Très bel ouvrage », dit-il, « mais il y a déjà trop de murs entre les hommes ». Un journaliste lui demande : « Voudriez-vous qu'on élimine celui de Berlin » ? Gorbatchev répond très sérieusement « Pourquoi pas ? ». À propos des manifestants démocrates qui troublent son séjour, il déclare : «L'URSS a également ses têtes brûlées qui veulent changer le socialisme du jour au lendemain.»

En 1990, il reçoit le Prix Nobel de la paix pour sa contribution à la fin de la guerre froide. Pourtant, le 1er mai de la même année, il est hué par certains de ses concitoyens. En effet il est très impopulaire aux yeux des fidèles du communisme qui le considèrent comme le fossoyeur du régime soviétique.

Consciente du danger, la direction vieillissante du PCUS porte au pouvoir le représentant d’une nouvelle génération -Gorbatchev a 54 ans- mais aussi un pur produit du régime, né bien après 1917.

Arrivé au poste de Secrétaire Général du Parti Communiste de l’Union des républiques socialistes soviétiques en mars 1985, Gorbatchev tente d’insufler une nouvelle jeunesse à l’économie de l’URSS. Le nouveau Secrétaire Général s’efforcera de sauver le système par des réformes de structures très profondes par rapport aux principes léninistes classiques.

Gorbatchev tire son inspiration d'Alexander Nikolaevich Iakovlev, ancien ambassadeur au Canada, qui lui fit prendre conscience de la faillite du système soviétique dans le domaine agricole puis, de façon plus générale, dans sa stratégie de confrontation avec l'Occident. Celui-ci devint peu à peu son éminence grise et lui inspirera successivement la glasnost puis la pérestroïka et enfin, la réunification allemande.

Sa seconde NEP échoue, bloquée par l'appareil du parti. Gorbatchev met alors en place une politique de la glasnost et de perestroïka à partir de 1985 pour renouveler l’appareil du parti et le pays.


Mikhaïl Gorbatchev et ronald reagan en 1987.Se piquant d'ouvrir le dialogue avec ronald reagan, il propose officiellement que dans un message de nouvel an le président américain adresse un court message télévisé à toute l'URSS tandis que le président de l'URSS fera de même sur une chaîne de télévision américaine. Le projet séduit ; chacun des deux présidents se montre très modéré dans son message ; la gorbymania commence à toucher les États-Unis. Un sondage révèlera même, à une époque, Gorbatchev plus populaire aux États-Unis que Reagan lui-même. Le magazine Time lui décerne le titre d'Homme de l’année en 1987 puis d'Homme de la Décennie, en 1989 après la Chute du Mur de Berlin.


En février 1988, il décida de retirer les troupes soviétiques d'Afghanistan. La décision devint effective un an plus tard.

En 1989, en visite officielle en Chine pendant les manifestations de la place Tiananmen (avant leur répression), on sollicite son opinion sur la muraille de Chine : « Très bel ouvrage », dit-il, « mais il y a déjà trop de murs entre les hommes ». Un journaliste lui demande : « Voudriez-vous qu'on élimine celui de Berlin » ? Gorbatchev répond très sérieusement « Pourquoi pas ? ». À propos des manifestants démocrates qui troublent son séjour, il déclare : «L'URSS a également ses têtes brûlées qui veulent changer le socialisme du jour au lendemain.»

En 1990, il reçoit le Prix Nobel de la paix pour sa contribution à la fin de la guerre froide. Pourtant, le 1er mai de la même année, il est hué par certains de ses concitoyens. En effet il est très impopulaire aux yeux des fidèles du communisme qui le considèrent comme le fossoyeur du régime soviétique.

Les tentatives de réformes de l'économie soviétique, menées de façon maladroite, aggravent les difficultés économiques du pays (cf. économie de la Russie).

Lors du coup d’État d'août 1991 il est écarté du pouvoir par les ultras du Parti communiste soviétique. Le soutien d'Helmut Kohl est insuffisant alors que le président François Mitterrand déclare vouloir attendre les intentions des "nouveaux dirigeants" soviétiques reconnaissant de facto le gouvernement issu du putsch, n'hésitant pas alors à lire en direct à la télévision une lettre envoyée par Guennadi Ianaïev, l'auteur du coup d'État [1]. Celui-ci finalement avorte mais Boris Ieltsine alors président de la République socialiste fédérative soviétique de Russie est le grand bénéficiaire de cet échec après avoir reçu le soutien dès les premières heures du putsch du président George H. W. Bush et de John Major. Dans ses Mémoires, Gorbatchev rédigera amèrement : " De Foros (en Crimée, où il est retenu) j’ai eu une conversation avec le président Bush. François Mitterrand devait m’appeler, il ne l’a pas fait".

Une à une, les Républiques de l'URSS déclarent leur indépendance. Gorbatchev démissionne de son poste de président de l'URSS le 25 décembre 1991.

Le 20 avril 1993, il fonde Green Cross International. Il joue en 1993 son propre rôle dans le film Si loin, si proche de Wim Wenders.

En 1996 il se représente à l'élection présidentielle de la Fédération de Russie, mais son score est très faible. Il reste d'ailleurs un des dirigeants du XXème siècle les plus mal-aimés des Russes[1].

IIl publie ses mémoires en 1996 dénonçant la politique de boris eltsine et sa "trahison" envers le référendum d'avril 1991 qui avait donné une majorité favorable au maintien de l'Union.

Le 20 septembre 1999, son épouse Raïssa Gorbatcheva meurt d'une longue maladie.

Depuis le début de ce siècle il est engagé avec des ONG écologistes, et avec Daisaku Ikeda pour soutenir la cause pacifiste.

En 2001, il fonde le Parti social-démocrate de Russie.

Le 27 octobre 2005, il reçoit[2] le titre honorifique d’archonte du Patriarcat de Constantinople.

Le 21 novembre 2006, il est opéré de l'artère carotide dans une clinique de Munich en Allemagne. C'est la première fois que l'ancien dirigeant soviétique se fait soigner en Allemagne. C'est dans ce pays qu'avait été traitée son épouse Raïssa, qui avait succombé à une leucémie le 20 septembre 1999 à l'âge de 67 ans.

Source : fr.wikipedia.org/.../ia.org/wiki/Mikha%C3%AFl_Gorbatchev
fin de la biographie de Mikhaïl GORBATCHEV
GORBATCHEV Mikhaïl

Citations de Mikhaïl Gorbatchev

Les hommes doivent, partout dans le monde, reconnaître leur appartenance au genre humain, avec l'ensemble des droits et des devoirs qui découlent de cette idée.
L'humanité a à faire face à une multitude de problèmes plus importants les uns que les autres. On ne peut résoudre ces problèmes qu'ensemble.
Source : Extrait d'un discours à la Conférence de paix - 30 octobre 1991
fin des citations de Mikhaïl GORBATCHEV

Biographies de célébrités sur le même thème

Biographie de Ahmed BEN BELLA | Biographie de Mikhail GORBATCHEV | Biographie de NAPOLEON III | Biographie de Yasser ARAFAT | Biographie de Barack OBAMA | Biographie de Dobrica COSIC | Biographie de Georges BUSH | Biographie de Edouard CHEVARDNADZE | Biographie de Oscar Luigi SCALFARO | Biographie de Kwame NKRUMAH | Biographie de Ahmadou AHIDJO | Biographie de Felix HOUPHOUET-BOIGNY | Biographie de Dwight David EISENHOWER | Biographie de Petro POROCHENKO | Biographie de Calvin COOLIDGE | Biographie de XI JINPING | Biographie de Harry TRUMAN | Biographie de Theodore ROOSEVELT | Biographie de Abdelaziz BOUTEFLIKA | Biographie de Moktar OULD DADDAH | Biographie de Raymond POINCARE | Biographie de MOBUTU SESE SEKO | Biographie de Valery GISCARD D'ESTAING | Biographie de Alexandre MILLERAND | Biographie de Franklin ROOSEVELT | Biographie de Robert MUGABE | Biographie de Alassane OUATTARA | Biographie de Hamid KARZAI | Biographie de Lansana CONTE | Biographie de Abdou DIOUF | Biographie de Abraham LINCOLN | Biographie de Laurent GBAGBO | Biographie de Malam Bacai SANHA | Biographie de Boris ELTSINE | Biographie de Mouammar KADHAFI | Biographie de Bashir GEMAYEL | Biographie de Abdoulaye WADE | Biographie de Fidel CASTRO | Biographie de George WASHINGTON | Biographie de Anouar EL SADATE | Biographie de ROH MOO-HYUN | Biographie de Silvio BERLUSCONI | Biographie de Tomislav NIKOLIC | Biographie de Blaise COMPAORE | Biographie de Miguel DE LA MADRID | Biographie de Zine el-Abidine BEN ALI | Biographie de Konrad ADENAUER | Biographie de Richard NIXON | Biographie de Wojciech JARUZELSKI | Biographie de Kiro GLIGOROV
fin de la biographie de Mikhaïl GORBATCHEV

Rejoignez-nous sur Facebook :

Chaque jour l'anniversaire d'une célébrité.
web design : Nathalie Millasseau
2014 © Fabien Branchut